Le plus important reste maintenant à faire : faire connaitre et diffuser ce programme sur tout le territoire pour contribuer à faire reculer la stigmatisation des personnes atteintes de troubles psychiques pour faciliter et accélérer leur accès aux soins et leur rétablissement.”

Jacques Marescaux, président de PSSM France

Après une première année d’activité, PSSM France a identifié 3 axes prioritaires à développer pour inscrire durablement les premiers secours en santé mentale dans les politiques de prévention. Nous vous proposons de les découvrir :

Notoriété et relations presse

Après une première année d’activité, les retours des secouristes et la période de confinement attestent de la nécessité du programme PSSM tant en terme de santé publique que de vivre-ensemble. La phase de structuration touchant à sa fin, l’association cherche désormais à faire connaitre les premiers secours en santé mentale au grand public et notamment dans les entreprises. C’est le premier axe prioritaire. Déjà 140 formateurs accrédités déploient les formations sur tout le territoire métropolitain et ultra-marin. En 2021, 200 formateurs supplémentaires rejoindront les rangs du programme. Il faut à présent aider les formateurs en donnant plus de visibilité à ce programme (travail de communication pour développer la demande et faciliter l’offre de formation).
La demande dans les champs du sanitaire, social et médico-social, public sensible aux enjeux de déstigmatisation, a été conséquente dans un premier temps. Malgré tout, les Premiers secours en santé mentale sont encore méconnus et mal identifiés du grand public alors qu’il est la cible de ce programme. Les années à venir seront décisives pour arriver à une reconnaissance similaire à celle dont bénéficient les premiers secours physiques. L’association PSSM France a décidé de consacrer une partie
de son action à l’accompagnement des formateurs dans le déploiement du programme à travers un travail de notoriété. Cette démarche ne se fera pas de façon isolée. Nous aurons besoin de soutien méthodologique et financier dans cette démarche pour accélérer le déploiement.

Structuration de la communauté de secouristes et de formateurs

PSSM a pour vocation d’être disponible sur tout le territoire français. Nous apportons une vigilance particulière à ce que les places sur les formations de formateurs soient attribuées en tenant compte de ce critère. Un travail est engagé en faveur de l’interconnaissance des formateurs en région et d’échange de connaissances de chacun en matière de dispositifs et d’orientation.
Un suivi des secouristes dans la mise en oeuvre des compétences acquises pendant la formation est également à l’étude pour structurer une communauté. Au-delà, il apparait nécessaire de proposer des piqures de rappel régulières aux secouristes. PSSM France doit développer un module de “recyclage” dans les mois à venir. Il s’agit à la fois d’être en capacité de soutenir des secouristes en difficulté et de les faire bénéficier de formation continue, ce qui représente 2 types d’actions complémentaires
Au-délà, PSSM France devra infuser auprès de nouveaux publics, et notamment travailler auprès des entreprises qui constituent un moyen de déployer les PSSM avec les ressources disponibles par le biais de la formation professionnelle continue

Développement et actualisation des programmes

Troisième axe prioritaire, le développement et l’actualisation des programmes seront des préoccupations fortes de PSSM France. Les vidéos, supports de formation, sont des adaptations du programme australien sur-titrées. Dans une optique d’adaptation au contexte français, il nous importe de réaliser nos propres supports audio-visuels
et pour cela d’avoir recours à une agence de production. Cette charge supplémentaire devra être dupliquée pour les nouveaux modules.
Il nous faut répondre de façon adaptée à des besoins plus spécifiques (ados et jeunes adultes, personnes âgées, migrants…) et par des moyens plus adaptés (formation à distance). De nouveaux modules de formation seront créés en ce sens. Engagés dans une démarche d’amélioration continue de nos programmes, nos efforts seront également dirigés sur l’évaluation des formations et la mesure de leurs impacts dans une dynamique de recherche et d’innovation.