Les troubles psychiques sont les pathologies qui touchent le plus grand nombre de personnes : selon l’OMS, une personne sur quatre au cours de sa vie souffrira soit d’un épisode pathologique soit d’un trouble persistant.

La stigmatisation des personnes souffrant de troubles psychiques, de leur entourage et de ceux qui s’occupent de ces personnes (y compris les professionnels et institutions) est un frein puissant à l’accès aux soins, au rétablissement, à l’inclusion sociale et professionnelle :

  • Discriminations
  • Auto- stigmatisation
  • Déni de la maladie, retard dans la prise en charge
  • Pertes de chances dans le domaine de l’inclusion sociale : logement, formation, emploi, impact sur l’entourage (isolement social, honte sociale)

Pour lutter contre la stigmatisation et ses conséquences économiques et sociales, l’association PSSM France met en œuvre le programme international « Mental Health First Aid » (MHFA). Créé en Australie en 2001 par une éducatrice, ayant souffert de troubles psychiques sévères, et un professeur de médecine, le programme est aujourd’hui adapté et déployé dans 28 pays (Canada, Suède, Finlande, Pays Bas, Danemark, Royaume Uni, Irlande, certains États des USA, Suisse, Allemagne, France…).

La formation pour lutter contre la stigmatisation 

Il s’agit de former des secouristes et non des professionnels de santé lors d’une formation de 2 jours. Elle vise à permettre aux secouristes d’être attentifs et de reconnaitre les premières manifestations ou l’aggravation de troubles mentaux, de savoir se comporter de façon adaptée pour entrer en contact avec la personne et gagner sa confiance, et de connaitre suffisamment les ressources professionnelles et non professionnelles pour l’orienter ou l’aider à s’orienter vers les soins adaptés

La cible est le grand public, c’est-à-dire toute personne de 18 ans ou plus. Plus de 3 millions de personnes sont déjà formés dans le monde.

Un programme validé scientifiquement

Le programme MHFA est validé scientifiquement : toutes les données sont examinées par des groupes d’experts composés d’universitaires, de professionnels, d’aidants et de personnes concernées avec des avis donnés de façon anonyme et doivent recueillir un consensus de 80% des participants. Le projet permet de s’inscrire dans un programme international structuré, ayant fait l’objet de nombreuses études de mesure d’impact et de bénéficier de l’expérience acquise par les pays précurseurs. Le dispositif a également l’avantage de proposer à un niveau national des contenus de formation et supports pédagogiques homogènes, validés et connus par tous (pouvoirs publics, représentants des usagers, professionnels…) Ces supports sont actualisés régulièrement au gré des avancées en matière de recherche, de politique de santé, de demande sociale.

Dans un premier temps, le PSSM ne porte que sur le programme « standard » : la formation PSSM sera identique où qu’elle soit délivrée. Le développement de modules spécifiques est prévu mais dans un deuxième temps.

Des convictions et un soutien fort

Nous sommes convaincus que ce type de formation dispensée à des publics larges (550 000 personnes entre 2001 et 2016 en Australie), pourra contribuer notamment à déstigmatiser les troubles psychiques en faisant évoluer les représentations sociales sur les pathologies, mais aussi à améliorer la situation des personnes touchées par ces troubles.

Cette formation a été retenue comme une des 25 mesures prioritaires de la prévention annoncées par le Premier Ministre et la Ministre de Santé, Agnès Buzyn. La nouvelle annonce par la Ministère de Santé, le 24 janvier 2019, d’attribuer plus de budgets à la psychiatrie, a mentionné spécifiquement le projet de Premiers Secours en Santé Mentale pour la population étudiante (universitaires, apprentis, diplômes professionnel…).

Ces nouvelles ont été reprises dans le Figaro, L’ExpressLibération et France Ouest, ainsi que sur France Inter, le site PourquoiDocteur ?, un entretien sur Hospimédia, RTL puis RCF, un article dans le magazine mensuel Mag2Lyon

Co-fondateurs du projet

Trois porteurs nationaux : une structure experte en formation santé mentale, une autre qui regroupe les établissements et structures sanitaires et médico-sociales, et une troisième qui représente les usagers, en lien avec avec la structure internationale MHFA.

Formation en Premiers Secours en Santé Mentale

Déstigmatisons les

troubles psychiques

En cohérence avec sa vocation d’être un projet de santé publique qui vise une très grande diffusion, le portage du projet est transféré à une structure commune à but non lucratif, l’association Premiers Secours en Santé Mentale France (PSSM France). l’association a pour rôle d’être garant du contenu et de la qualité, formera les formateurs accrédité, et veillera à la mise à jour et au bon fonctionnement du projet au niveau national.

Elle assurera aussi la liaison avec la structure internationale International Mental Health First Aid (IMHFA) pour pouvoir bénéficier de la mise en réseau et de l’échange de bonnes pratiques. Sa gouvernance vise à permet de prendre en compte les attentes d’un maximum des parties prenantes.

Si vous souhaitez être informé périodiquement sur l’avancée de ce projet, inscrivez-vous !

Inscription