Déjà plus de 2,6 millions de personnes formées dans le monde…

Nous travaillons pour un monde dans lequel tout le monde a les compétences en Premiers Secours pour pouvoir apporter un premier soutien aux personnes ayant des troubles psychiques

Mental Health First Aid International

 

Le 26 janvier 2018, au congrès de l’Encéphale, la Ministre de la Santé indiquait dès le début de son intervention : “Aujourd’hui encore les troubles psychiques demeurent un tabou, un objet de stigmatisation.

La Ministre de Santé, Mme Agnès BUZYN le 26 janvier 2018

Le projet de l’association PSSM France est né à partir de la volonté des trois structures fondatrices (INFIPP, Santé Mentale France et l’UNAFAM) de continuer leur lutte contre cette stigmatisation en menant un ambitieux projet de grande envergure. En s’appuyant sur un dispositif international déjà existant et ayant fait ses preuves dans plus de 25 pays, Mental Health First Aid,  l’association met en place une formation “grand public” de Premiers Secours en Santé Mentale, visant à apporter la même visibilité et compréhension au public que les formations de premiers secours “physiques”.

Selon l’OMS,
– 1 Européen sur 4 est touché par des troubles psychiques au cours de sa vie.
– En France, on estime que 15 % des 10-20 ans (1,5 million) ont besoin de suivi ou de soin.
– 7,5 % des Français âgés de 15 à 85 ans ont souffert de dépression au cours des 12 derniers mois.
– 8948 décès par suicide ont été enregistrés en 2015 en France Métropolitaine (soit 25 par jour contre 9 pour les accidents de la route).
– La France métropolitaine se situe parmi les pays de l’Union Européenne ayant un taux élevé de suicides (par ordre croissant du taux de suicide : 17ème sur 28 en 2014). (…)
– Les troubles mentaux (maladies psychiatriques ou consommations de psychotropes) représentent le premier poste de dépenses du régime général de l’assurance maladie par pathologie, avant les cancers et maladies cardio-vasculaires, soit 19,3 milliards d’euros.
– Le coût économique et social des troubles mentaux est évalué à 109 milliards d’euros par an, dont :
– 65 milliards pour la perte de qualité de vie,
– 24,4 milliards pour la perte de productivité liée au handicap et aux suicides,
– 13,4 milliards dans le secteur médical,
– 6,6 milliards pour le secteur médico-social.

Nous sommes convaincus qu’une meilleure connaissance des troubles psychiques aidera à la prévention et de la promotion de la santé mentale positive qui, selon la définition de l’OMS se définit comme l’« état de bien-être » dans lequel une personne « peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté » et « vise à agir sur les déterminants de la santé mentale afin d’accroître la santé mentale positive » (plan d’action globale pour la santé mentale 2013-2020 de l’OMS).

Cette orientation conflue avec une évolution déjà ancienne des dispositifs de soins et d’accompagnement qui vise à décentrer l’approche du « tout hospitalisation » vers une recherche des soins de proximité, de réduction des durées d’hospitalisation, de coopération et de coordination des acteurs hospitaliers avec les autres acteurs de la santé mentale : professionnels libéraux, professionnels des secteurs sociaux et médico-sociaux, du logement, de l’éducation, de la formation et de l’emploi.

Le projet de formation aux Premiers secours en Santé Mentale se situe au croisement de ces mouvements.